28 mars, Bamako, ferme d'agro-écologie d'Oumar DIABATE.

Publié le par le grain voyage

 Route de Sikasso, 2 mobylettes Djakarta quittent la capitale malienne, filent vers la ferme d'agro-écologie d' Oumar DIABATE, située à une vingtaine de kilomètres de Bamako. Nous sommes accompagnés d' Emmanuel, ingénieur agronome de formation, qui a travaillé pendant deux ans au Rwanda dans le cadre du volontariat en agro - écologie, et d' Ibrahim, qui était intéressé pour venir faire la visite avec nous.

Autour d'un thé, à l' ombre d'un abri en bois et feuille, nous discutons un long moment devant son officine de vétérinaire. Oumar, militant de l'agroécologie, après un parcours scolaire de 1ier de la classe, « a eu la chance » d'obtenir une bourse pour faire ses études supérieures à Moscou. Sur les conseils de son oncle, bien qu 'intéressé par l' agriculture, il se lance dans des études vétérinaires « pour ne pas être au chômage ». Le goût de l' agriculture, il l'a conservé, son projet, il l'a mûri; après la lecture et la rencontre de Pierre RABHI à Gao, il s'est lancé en 2005, étant convaincu que l' agro écologie était la solution pour le développement. Avec les moyens du bord, il a commencé son projet de ferme par l' élevage de poulet. « Sa deuxième chance », comme il dit, il a été le premier à investir dans les dindons au Mali. Grâce à ce succès, il a pu acheté son terrain, des morceaux de grillage par ci, creuser un puits par là. Le voisinage reste sceptique... « c'est impossible de cultiver dans la latérite ».

A son premier régime de bananes, il fait alors le tour des concessions, et en offre une à chacun. Depuis, ils viennent régulièrement demander conseils, acheter ses petits paniers. Aujourd'hui, c'est un petit paradis de verdure que ces ouvriers agricoles entretiennent non sans quelques difficultés : « je leur explique, ils ne comprennent pas toujours les mots » . Il y a la « paresse », mais aussi un manque de formation, d'outils pour tant de jeunes qui n'ont pas eu la chance d'aller à l'école. Il a une grande connaissance, des cultures maraîchères traditionnelles, de l' élevage, de la pharmacie traditionnelle ainsi que des fruitiers. L'innovation, là, il n' hésite pas, de la culture des fraises, en passant par les radis japonais, l'artémisia (plante chinoise reconnue pour ses propriétés préventives et curatives contre le palu), il fait aussi des essais multiples avec la terre noire des termitières comme terreau, le paillage « intégral » ou les cultures associées.

Son projet actuel, diffuser son savoir et sa démarche par le biais d'un centre de formation : il a déjà construit quelques cases au fond de son terrain pour l' hébergement, et a établi un programme de formation de 1 mois avec alternance théorie / pratique du jardin. Il a déjà reçu des agriculteurs de Sikasso, de Koutiala qui ont pu être financé pour une formation. Son voeu? constituer une muraille verte autour de Bamako. Tout seul, il lui faudra des dizaines d'années nous dit-il. Une personnalité étonnante, enthousiasmante qui donne envie de le suivre!

Pour voir les phots, cliquer ici

Publié dans Agroécologie

Commenter cet article

Yvonnick BOUTIER 09/11/2009 20:30


Bonjour à tous,
Je suis actuellement à la fin de ma mission de volontariat de solidarité internationale au Sénégal dans la région de Fatick. Ma mission a pu voir le jour grâce à un partenariat entre Jappoo
Sénégal, une association bretonne, et l'association française des volontaires du Progrès. Elle consistait principalement à la coordination d’un centre de formation agricole initié par Jappoo
Sénégal dans la communauté rurale de Ndiop. Ce centre a ouvert depuis un an maintenant et souhaite s’orienter vers l’agroécologie. Je me suis occupé du suivi et de l’évaluation des projets
agricoles et environnementaux de l’association : appui, conseil, suivi pour des groupements féminins pour la réalisation de leur campagne de maraîchage. J’ai également coordonné un projet
d’éducation environnementale accompagné d’un projet de plantation d’arbres fruitiers dans trois écoles de la localité.
A la fin de ma mission, je souhaite voyager vers le Mali. Je suis très intéressé par l’agroécologie, j’ai eu l’occasion de lire le livres de Pierre Rabhi « Offrandes au Crépuscule » et de faire un
stage avec l’ONG Agrècol Afrique de Thiès qui fait la promotion de l’agriculture biologique au Sénégal.
Je souhaite donc lors de mon voyage en janvier 2010 apporté mon soutien à tout projet d’agroécologie. C’est pourquoi j’ai la volonté de rencontrer Oumar DIABATE et de lui offrir mes services durant
une à deux semaines si possible en échange d’un logement et d’une participation à ma ration alimentaire.
En espérant que vous preniez en considération ma demande.
Je reste à l’écoute
Yvonnick BOUTIER Volontaire Jappoo Sénégal /AFVP
yboutier@gmail.com
mon blog : projetmuun.skyrock.com